Standard & Poor’s Global Ratings évalue pour la première fois le Togo

Eric Duval Togo

Le Togo vient de se voir attribuer sa première note de crédit souveraine à long et à court terme en devise étrangère et en monnaie locale, et voici le résultat :
Le Togo obtient la note de « B » avec une perspective stable. Une première pour ce pays, d’autant plus que l’agence prévoit une croissance de 5% entre 2019 et 2022. Si toutefois des vulnérabilités subsistent, le pays possède un socle macroéconomique stable sur lequel il peut compter.

Les points positifs

Le port de Lomé est un avantage de poids pour le Togo, ce qui se justifie par une amélioration de ses infrastructures. Autre exemple, le nouveau terminal de l’aéroport de Gnassingbé-Eyadema offre des perspectives qui ne peuvent être que positives pour le Togo selon Eric Duval.

Eric Duval Togo

S&P ratings prévoit aussi un investissement croissant de la part du pays dans ses infrastructures ainsi que ses exportations. On peut aussi citer la connexion électrique croissante ainsi qu’une multiplication des créations d’entreprises.
Ces avancées sont étroitement liées à la mise en place du Plan national de développement (PND) mis en avant par le président togolais Faure Gnassingbé, pour lequel il avait appelé à une mobilisation de tous pour le rayonnement de ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Les points d’amélioration

En ce qui concerne les risques pour le Togo, ceux-ci sont surtout liés à une dette considérable qui reste à surveiller. Cela est à mettre en lien avec le fait que le Togo est largement dépendant de l’agriculture et des minerais, ce qui rend son économie sensible aux aléas climatiques.

Il s’agit aussi de sa dette publique, qui a considérablement crû, puisqu’elle s’est appréciée pour passer de 44% en 2010, à 70% en 2019. Néanmoins, l’agence reste positive quant à la surveillance de cette dette avec un maintien des efforts en ce qui concerne les politiques fiscales.

Perspectives

Ainsi, S&P ratings pourrait revoir ses notes à la hausse dans le cas où la croissance économique du Togo s’avérait plus forte que prévu, et si les déficits extérieurs et budgétaires, ainsi que la dette publique nette venaient à s’atténuer. Néanmoins, cette note pourrait tout aussi bien se détériorer dans la mesure où les réformes économiques et fiscales pourraient tout aussi bien peiner à se mettre en place. Ces facteurs de vulnérabilité pourraient avoir un impact négatif sur l’image du Togo pour Eric Duval auprès des investisseurs qui pourraient craindre une instabilité du pays, surtout sur les marchés financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *