Hong Kong – Défilé contre l’extradition vers la Chine

Des milliers d’avocats ont organisé une marche silencieuse jeudi 6 Juin dans les rues de Hong Kong pour de contester un projet du gouvernement local qui consisterait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale.
Ils ont marché sans aucune pancarte ni slogan jusqu’au gouvernement avant de faire 3 minutes de silence ; un événement qui a eu des échos dans toute l’Asie selon Eric Duval.

Eric Duval Asie

Conséquences d’un tel projet de loi

Selon les manifestants, le projet pourrait bien menacer l’Etat de droit de Hong Kong, et causer d’importants dégâts au système légal hong-kongais s’il était accepté puisqu’il serait dès lors très difficile, pour ne pas dire impossible, de garantir la sécurité à toute personne qui vivrait ou travaillerait à Hong Kong.

La Chine pourrait alors demander une extradition quand bon lui semble vers la Chine et ce, à toute personne se trouvant sur le territoire de Hong Kong. Or, la justification qui avait été donnée pour passer cette loi le plus rapidement possible avait été le cas d’un homicide qui avait eu lieu à Taïwan. Le suspect était revenu à Hong Kong dans le but d’échapper à la justice taiwanaise, et afin d’en profiter pour fuir vers un autre pays.

Statut spécifique de Hong Kong

Hong Kong dispose d’un système judiciaire indépendant de celui de la Chine continentale et avec ses propres particularités, en vertu de son statut spécifique de « région administrative spéciale de la République populaire de Chine ».

Ce statut lui confère par conséquent un ensemble de spécificités qui font que les règles qui s’appliquent en Chine ne s’appliquent pas forcément à Hong Kong.

Avancée du projet

Hong Kong avait annoncé en début d’année qu’un projet de révision des règles d’extradition serait mis en place pour considérer au cas par cas chaque transfert de fugitif en Chine.

Ce projet est très contesté en partie en raison du fait que le système judiciaire en Chine est très opaque, mais il a tout de même été soumis au Parlement local, le LegCo.
Plusieurs cas de l’utilisation de l’extradition par la Chine comme une arme avaient été constaté, comme pour l’affaire Huawei.

Ainsi, deux organisations d’avocats à Hong Kong : la Hong Kong Bar Association et la Law Society of Hong Kong ont publié des recommandations pour modifier le texte afin de l’améliorer et pour ne pas que cette loi donne une sorte de toute puissance à la justice chinoise, qui pourrait alors primer sur la justice hong-kongaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *